mardi 27 janvier 2015

Soyons citoyens scientifiques !


Que trouve-t-on placé bien en vue au rayon "science" d'un point presse ? En avant des "Science et Vie" et autres "Ciel et Espace" ? Mais oui, bien sûr, une revue d'astrologie, sur un joli présentoir labellisé "Horoscope"


Citoyens scientifiques à l'esprit critique acéré, faite comme moi ! Retournez la revue. A l'envers, elle aura moins de chance de faire tomber dans son piège les passants naïfs. Pour les plus extrémiste d'entre vous, vous pouvez même prendre la revue "La Recherche" bien cachée, là, derrière, et le mettre à la place de celle incriminée. Je suis trop timide, je n'ai pas osé le faire. Je trouverai peut-être le courage la prochaine fois.

Bref, soyons citoyens scientifiques, luttons contre l'obscurantisme astrologique!

PS: vous avez tout à fait le droit de faire la même chose avec les livres pseudo-scientifique, écrits par des personnalités médiatiques (parfois en duo).

vendredi 16 janvier 2015

De la musique, Pré-face (B)


Par Ambroise Sulies,
du Laboratoire de Sociologie Musicale

Ils sont nombreux les illustres et les savants qui ont écrit sur la Musique, ce phénomène vibratoire dont les résonances affectent l'oreille humaine, provoquant contentement souvent, transes parfois, et dont les dissonances font crisser les dents et peuvent pousser jusqu'au malaise. La plupart des textes concernant cet art auditif auxquels j'ai eu accès dans la grande bibliothèque de notre institut souffrent cependant d'un défaut grave : ils ont été écrits par des mélomanes avertis, des hommes et des femmes offrant au sujet une oreille bienveillante, ce qui pourrait avoir biaisé leurs conclusions.
Je me propose ici de combler cette lacune. Je n'ai point d'oreille (au sens figuré s'entend) ; je n'écoute pas de musique ; je n'ai pas eu la moindre instruction musicale[1] . Je suis donc l'observateur idoine des liens complexes entre musique et société. L'ensemble de mes réflexions sur le domaine seront disponibles sur ce blog sous le libellé « De la musique ».

--
NOTES:
[1] Le petit collège que je fréquentais n'ayant pas été pourvu en professeur de musique, les cours de musique obligatoire à ce moment-là de ma scolarité avaient été confiés à un antique enseignant de mathématiques pour compléter son emploi du temps. Ce vieil homme ne partageait pas l'avis de Edouard Herriot qui déclarait « La musique est une mathématique sonore, la mathématique une musique silencieuse ». Il avait donc décidé de nous enseigner plutôt les mathématiques qu'il avait apprises, encore étudiant, quelques décennies plus tôt, même si les programmes académiques officiels ne les tenaient plus en très haute estime.


Les articles dans cette série:
- http://sulies.blogspot.fr/2015/01/de-la-musique-pre-face-b.html
- http://sulies.blogspot.fr/2015/02/les-musiciens-sont-snobs.html
- http://sulies.blogspot.fr/2015/03/de-la-musique-opera-ou-football-cest-la.html
- http://sulies.blogspot.fr/2015/04/de-la-musique-une-note-politique.html
- http://sulies.blogspot.fr/2015/05/de-la-musique-quand-les-musiciens.html
- http://sulies.blogspot.fr/2015/06/de-la-musique-jasons-sur-les-clubs-de.html
- http://sulies.blogspot.fr/2015/07/de-la-musique-dansons-en-musique.html

mercredi 7 janvier 2015